Québec : notre itinéraire d’une semaine dans la province

Hello les voyageurs,

À la fin du mois de juin, nous avons profité de la venue de mes parents pour nous organiser un petit voyage à la découverte des jolis coins québécois qui nous tentaient depuis longtemps. Nous sommes ainsi partis explorer pendant 8 jours les régions de Québec, Charlevoix et Saguenay/Lac-Saint-Jean. Un road trip placé sous le signe de la nature, qui offre un bel aperçu du Québec, et dont nous souhaitions vous partager l’itinéraire juste ici.

Jour 1 : route vers Québec et visite de la capitale de la province [2 h 40 | 255 km]

Après que mes parents soient arrivés tranquillement à Montréal la veille, nous avons pris la route de bonne heure en direction de Québec, afin de rejoindre celle-ci à la mi-journée. Nous sommes allés manger un délicieux brunch au Cochon Dingue et avons profité de l’après-midi pour visiter le Vieux-Québec, le quartier Petit Champlain, le Château Frontenac, la terrasse Dufferin, la Citadelle de Québec et les plaines d’Abraham. Une première journée déjà bien remplie, avant que le jetlag ne se fasse sentir. Nous ne nous attardons pas plus sur la ville, car nous vous préparons un city guide qui paraîtra très bientôt.

⇒ Nuit dans le Airbnb de Audrey à Québec.

Jour 2 : visite de Québec et de la Chute Montmorency [20 min | 14,4 km]

Pour cette deuxième journée, le beau temps n’est pas au rendez-vous et nous décidons de profiter de l’accalmie de la matinée pour aller visiter la Chute Montmorency, la plus haute chute de la province du Québec (83 mètres). Le parc national de la Chute Montmorency appartient au réseau Sépaq. Son entrée est gratuite, mais son stationnement non et il faut donc compter 10,87 $/véhicule. Contrairement à notre expédition de l’hiver dernier, nous avons cette fois pu nous rendre au pied de la chute par les escaliers. Celle-ci est vraiment impressionnante et on reste subjugué par sa puissance. Pour les plus téméraires, il existe également des activités de Tyrolienne (27 $/personne) et de Via Ferrata (entre 33 et 49 $/personne).

L’après-midi, la pluie a fait son apparition et nous décidons donc d’aller découvrir le Centre Morrin (12 $/personne), une ancienne prison reconvertie en centre culturel visant à faire valoir la contribution historique et actuelle de la culture anglophone. La visite est intéressante puisqu’on en apprend énormément sur l’histoire des lieux et la bonne humeur du guide rend l’activité très ludique. Si jamais vous vous retrouvez comme nous à chercher quelque chose à faire en cas de pluie à Québec, nous pouvons vous recommander celle-ci les yeux fermés.

⇒ Nouvelle nuit dans le Airbnb de Audrey à Québec.

Chute Montmorency

Jour 3 : randonnée au Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie [2 h 05 | 156 km]

En ce troisième jour, nous avions prévu de nous rendre tranquillement dans la région de Charlevoix pour visiter ses jolis villages et nous rapprocher de la sorte des parcs nationaux des environs. Cependant, la mauvaise météo attendue le lendemain aura une nouvelle fois raison de nous et nous prenons donc la décision de profiter du soleil pour visiter le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie ce jour même. Nous quittons ainsi Québec tôt en début de matinée pour parvenir deux heures plus tard à l’entrée du parc.

Le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie appartient lui aussi au réseau Sépaq et son tarif journalier est fixé à 8,75 $/personne. Une fois arrivés, nous nous rendons immédiatement au Visitor Center qui est le point de départ de la navette qui mène aux différents sentiers pédestres. Notre objectif du jour n’est autre que l’Acropole des Draveurs, réputée pour être l’une des plus belles et difficiles randonnées du Québec (10,4 km A/R pour un dénivelé positif de 800 mètres). Au bout de 3 h de montée intense, on parvient enfin au sommet 1 qui nous offre un magnifique panorama sur la Rivière-Malbaie. S’ensuivent le sommet 2 qui nous propose un autre aperçu des hautes parois rocheuses de la région et le sommet 3 qui nous donne quant à lui de beaux points de vue sur les lacs du Pic Maculé et du Moucherolle. Le chemin retour se fait en un peu moins de temps et l’on ne vous cache pas qu’à ce moment-là, nous étions contents d’en avoir terminé. Il faut bien compter entre 4 et 6 heures de marche pour l’effectuer dans son intégralité. Bien qu’elle soit exigeante, l’Acropole des Draveurs est une randonnée incroyable, certainement la plus belle que l’on ait faite au Québec et l’on ne peut que vous la recommander. Concernant la météo, nous avons eu très chaud et nous vous conseillons de prendre beaucoup d’eau avec vous (au moins 2 L/personne), ainsi qu’un bon spray antimoustique, étant donné qu’ils sont voraces là-haut. Soyez prudents également si vous avez des problèmes de genoux, car le dénivelé ne ménage pas les articulations. Pour ceux qui souhaitent prendre des précautions à ce sujet, il est possible de louer des bâtons de marche au Visitor Center, pour 14 $ la paire.

Si vous prévoyez de rester plusieurs jours au parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, celui-ci propose de nombreuses autres activités en plus de la randonnée, comme le canot, le paddle, le vélo, la pêche ou des croisières en bateaux-mouches. En hiver, ce sont les raquettes, le ski, l’escalade de glace et le fatbike qui sont plébiscités.

⇒ Nuit dans le Airbnb de Kevin à La Malbaie.

Jour 4 : visite de Baie-Saint-Paul et La Malbaie [40 min | 46 km]

La pluie est de nouveau de la partie en ce quatrième jour et on profite donc de ce début de journée pour se remettre de nos émotions de la veille. Nous voyons poindre une éclaircie en fin de matinée et décidons de partir explorer les villages des environs en commençant par Baie-Saint-Paul. À peine, sommes-nous arrivés en ville qu’un déluge s’abat sur nous et nous pousse à abréger notre visite. On prend ainsi le ferry en direction de L’Isle-aux-Coudres, où Sébastien avait repéré une cidrerie. Malheureusement pour nous, il s’agissait plus d’une boutique que d’une usine à visiter et l’on en repart un peu déçus. Cependant, si vous vous trouvez sur L’Isle-aux-Coudres par beau temps, il semblerait que celle-ci soit un formidable terrain de jeu pour les amateurs de vélo. Fatigués et trempés, on retourne finalement terminer notre journée dans notre Airbnb de La Malbaie.

⇒ Nouvelle nuit dans le Airbnb de Kevin à La Malbaie.

Baie Saint-Paul

Jour 5 : Via Ferrata et randonnée au parc du Fjord Saguenay [1 h 25 | 118 km]

Pour cette cinquième journée, la météo prévue pour les jours à venir bouleverse une nouvelle fois nos plans. On profite donc de ce jour ensoleillé pour partir en direction du parc du Fjord Saguenay. Ce dernier appartient lui aussi au réseau Sépaq et il faut également débourser 8,75 $/personne pour y pénétrer. Nos chemins se séparent dès l’entrée du parc, puisque Sébastien et moi souhaitons parcourir l’un des circuits de la Via Ferrata, située dans le secteur de la baie Éternité. Pendant ce temps, mes parents sont allés randonner sur le « Sentier de la Statue » (7,6 km A/R), qui démarre dans le même secteur et offre de beaux panoramas sur le fjord.

Pour ceux qui ne le savent pas, la Via Ferrata est une expérience d’escalade aménagée le long d’une paroi rocheuse afin d’en faciliter son ascension. Nous avons pour notre part opté pour le circuit de « La Grande Dalle » (64 $/personne), qui est le parcours intermédiaire (4 h) proposé par le parc. Celui-ci nous semblait en effet être le plus adapté pour une première fois tout en offrant de beaux paysages en chemin. Avec le recul, nous avons tellement apprécié cette expérience que nous nous orienterons probablement maintenant vers l’Odyssée, qui est le plus long des parcours (6 h) et vous recommanderions d’en faire de même si cela vous intéresse. La Via Ferrata est effectivement une activité accessible aussi bien aux débutants qu’aux plus expérimentés et l’on est très bien encadré tout du long par le guide-accompagnateur. Le panorama de là-haut est exceptionnel et les points de vue sur la plus impressionnante baie du Fjord du Saguenay sont saisissants. On aurait donc aimé en profiter le plus longtemps possible.

L’après-midi, nous avons retrouvé mes parents et avons consacré le temps qui nous restait dans le parc pour faire une petite randonnée sur le Sentier de la Rivière (8,4 km A/R). Celui-ci est très facile et offre de jolis points de vue sur la rivière Éternité, même s’ils restent évidemment moins impressionnants que ceux que nous avons pu contempler chacun de notre côté le matin.

Le soir venu, nous mettons le cap sur le Sentier de l’Anse-de-Tabatière (une boucle de 0,5 km) pour admirer le spectacle que l’on attendait tant : le coucher de soleil. Les couleurs dans le ciel sont magnifiques ce soir-là et l’on dispose depuis ce point de vue d’un panorama exceptionnel d’est en ouest sur le fjord. Un moment unique dont on se souviendra longtemps.

Si encore une fois vous prévoyez de rester plusieurs jours, le parc du Fjord Saguenay regorge d’activités en tout genre dont : des sorties en kayak, des croisières en zodiac, en bateaux-mouches ou en voilier, de la pêche, du vélo et de nombreux autres sentiers de randonnées pédestres. En hiver, ce sont les raquettes et le ski nordique qui sont privilégiés.

⇒ Nuit dans le Airbnb de Josée à L’Anse-Saint-Jean.

Jour 6 : croisière aux baleines à Tadoussac [2 h | 126 km]

En ce sixième jour, nous prenons la route pour Tadoussac, un arrêt obligatoire lorsque l’on visite le Québec pour la première fois. Au-delà du charme typique du village, celui-ci est surtout réputé pour être un haut lieu de l’observation des baleines, notamment dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent. Mes parents ont ainsi réservé une excursion en bateau pour partir voir ces dernières avec la société AML (70 $/personne +taxes). Nous n’avons pas participé de notre côté, car nous avons souvent tendance à être malades en mer et avions donc été déçus par ce type d’expérience par le passé. Il semblerait cependant qu’ils aient eu beaucoup de chance de leur côté, puisqu’ils ont pu voir des baleines par dizaines qui chassaient juste à côté de leur embarcation. Cela était assez exceptionnel selon leur guide et nous avons pu le constater depuis, car les parents de Sébastien n’ont pas eu autant de réussite. Pour les plus téméraires, sachez qu’il est également possible de faire ces croisières en zodiac pour quelques dollars de plus. Les bateaux étant plus petits, il y a beaucoup moins de monde à bord de ceux-ci. Prenez aussi en compte qu’à cette période de l’année, il fait beaucoup plus froid en mer que sur terre et qu’il faut donc vous vêtir en conséquence.

Si comme nous, vous préférez contempler la faune marine depuis la terre ferme, il existe également plusieurs centres d’observations où il est notamment possible de voir des bélugas. Nous avons testé ceux de la « Pointe-Noire » et du « Cap-de-Bon-Désir » sans trop de réussite, mais l’on doit bien reconnaître que l’on n’y est pas non plus resté assez longtemps pour espérer voir quelque chose. La journée étant bien entamée après leur sortie en mer, nous avons profité des derniers instants de celle-ci pour nous promener dans le charmant village de Tadoussac.

⇒ Nouvelle nuit dans le Airbnb de Josée à L’Anse-Saint-Jean.

Jour 7 : randonnée au Parc national de la Jacques-Cartier [3 h 10 | 267 km]

En ce septième jour, nous commençons à entamer la descente vers Montréal et mettons le cap sur la dernière étape de notre séjour : le parc national de la Jacques-Cartier. Situé à une quarantaine de kilomètres de Québec, il est l’hôte de l’une des plus belles vallées du Québec. Celui-ci appartient également au réseau Sépaq et son entrée journalière est fixée comme dans les autres parcs à 8,75 $/personne. Nous n’avions pas d’objectif précis en tête en arrivant dans ce parc et avons jeté notre dévolu sur deux courtes randonnées, étant donné l’heure déjà bien avancée. Notre choix s’est donc porté sur les sentiers « Les Coulées » (une boucle de 10,4 km) et « L’Éperon » (une autre boucle de 5,4 km). Autant le premier ne nous a pas particulièrement convaincus, autant nous avons adoré le deuxième, qui offre de très beaux points de vue sur la vallée, sans fournir de trop gros efforts.

Nous n’avons malheureusement eu qu’une demi-journée pour profiter du parc national de la Jacques-Cartier, mais si vous prévoyez de votre côté d’y passer plusieurs jours, celui-ci compte de nombreux autres sentiers de randonnées dont le Sentier des Loups (11 km A/R), dont la vue a l’air à couper le souffle. Comme les autres parcs, il regorge également d’activités en tout genre dont : des sorties en canot, en kayak ou en rabaska, du rafting, de la pêche, du vélo et du paddle. En hiver, ce sont les raquettes, le ski nordique, le fatbike, les bouées et le patinage qui sont à l’honneur.

⇒ Nuit à l’Hôtel Valcartier à Saint-Gabriel-de-Valcartier.

Jour 8 : route vers Montréal [3 h 15 | 315 km]

Nous avons consacré la dernière journée de notre voyage au retour sur Montréal. En chemin, nous avons fait une halte dans la jolie ville de Trois-Rivières, qui mérite que l’on s’y arrête pour flâner quelques heures.

Et voilà pour cet article sur notre itinéraire d’une semaine au Québec. On espère que celui-ci vous a plu et qu’il pourra vous servir d’inspiration.

Si vous avez des questions ou si vous voulez nous partager votre expérience, vous pouvez bien entendu nous laisser un commentaire auquel on se fera un plaisir de répondre.

À bientôt pour la suite de nos aventures.

Voyagement vôtre

2019-12-10T23:01:01+01:00 2 août 2019|Amérique, Canada, Expatriation, Récit, Road trip|7 Commentaires

7 Commentaires

  1. Charlène Jiho 3 août 2019 à 9 h 49 min - Répondre

    Je suis passée rapidement à Quebec. Il y a de si jolies choses à voir.

    • Lauralee 30 août 2019 à 6 h 21 min - Répondre

      Hello Charlène. Effectivement, c’est une région riche en découverte ! 🙂

  2. CLERC Sy 4 août 2019 à 20 h 31 min - Répondre

    Une semaine que nous sommes rentrés de Québec où nous avons quasiment effectué le même itinéraire. Nous en avons pris « plein la vue  » , les paysages sont magnifiques et nous ne regrettons pas notre voyage. Seule désolation pour nous, les baleines n’étaient pas au rendez-vous. Cet article et ses clichés reflètent totalement notre expérience . Bravo.

  3. Chloé Bonnette 5 août 2019 à 16 h 31 min - Répondre

    Quel beau périple! Je souhaite cependant rectifier une information importante à bien saisir: lors des excursions aux baleines dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, la taille des bateaux ne donne aucun privilège d’approcher plus près des baleines. Les règlements sont les mêmes pour tous les types d’embarcations.

    • Lauralee 30 août 2019 à 6 h 20 min - Répondre

      Bonjour Chloé et merci pour ce commentaire. Nous avons rectifié ce point, surtout que nous avons depuis obtenu la même information sur la réglementation à Telegraph Cove. 🙂

  4. Sylvie CLERC 6 août 2019 à 9 h 05 min - Répondre

    Nous étions dans cette région il y a à peine une dizaine de jours. Pour avoir fait sensiblement le même circuit cet article reflète bien la réalité. Les paysages sont magnifiques, il ne faut pas avoir peur de marcher pour en découvrir certains. Il s’agissait de notre premier « grand voyage » et nous ne sommes pas déçus. Merci et bravo aux auteurs (rédaction et prises de vues).

    • Lauralee 30 août 2019 à 6 h 14 min - Répondre

      Merci Sylvie et ravie de voir que vous y retrouvez une partie de votre voyage également ! On vous prépare un petit guide pour aller découvrir le côté ouest maintenant ! 😉

Laisser un commentaire