• parc national des Glaciers canada

Parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers

Hello les voyageurs,

On vous retrouve aujourd’hui pour vous raconter la suite de nos aventures dans l’Ouest canadien. Ce n’est pas un, mais deux parcs que nous avons choisi de vous présenter dans ce billet : le parc national du Mont-Revelstoke et le parc national des Glaciers.

Gérés conjointement, ces deux parcs de la Colombie-Britannique appartiennent à la chaîne montagneuse Selkirk, une subdivision de la chaîne Columbia. Ils sont à nos yeux, deux étapes indispensables entre Vancouver et les fameuses Rocheuses Canadiennes.

Le parc national du Mont-Revelstoke.

Que faire dans le parc national du Mont-Revelstoke ?

Créé en 1914, le parc du Mont-Revelstoke est situé tout près de la ville de Revelstoke. Il est relativement petit pour un parc national, puisque sa superficie est de seulement 260 km2. Les activités y sont pourtant nombreuses. Comme dans les autres parcs canadiens, vous pouvez vous adonner aux raquettes et au ski l’hiver et à la randonnée pédestre et au vélo l’été.

La promenade des Prés-dans-le-Ciel.

Le parc national du Mont-Revelstoke est par ailleurs réputé pour abriter une somptueuse route panoramique : la promenade des Prés-dans-le-Ciel. Longue de 26 kilomètres, celle-ci monte en lacet jusqu’au sommet et offre des points de vue à couper le souffle sur le fleuve Columbia et la vallée située en contrebas.

Tout au long de l’ascension, nous avons pu découvrir la richesse de la flore canadienne en traversant des forêts de conifères jusqu’aux célèbres prairies de fleurs sauvages subalpines du Mont-Revelstoke.

En empruntant cette route, il est également possible de faire des arrêts aux différents points d’intérêts du parc. Nos préférés ayant été le Belvédère Monashee, le lac Balsam et le lac Heather, que l’on peut rejoindre par de courtes randonnées. Si nous avions eu un petit peu plus de temps, nous aurions également aimé découvrir les lacs Eva et Miller, mais ce n’est que partie remise.

Le parc national des Glaciers.

Créé en 1886, le parc national des Glaciers a vu le jour à la suite de la construction du Canadien Pacifique, le premier chemin de fer transcontinental au Canada. Comme pour les parcs des Rocheuses, on y aménagea des sentiers et un hôtel pour y attirer les touristes venus admirer la chaîne Selkirk et le glacier Illecillewaet. D’une superficie de 1 349 km2, il est beaucoup plus dense que son voisin. Il compte de nombreux chemins de randonnée et près de 400 glaciers. De ce fait, il est considéré comme le berceau de l’alpinisme et de la glaciologie en Amérique du Nord.

Que faire dans le parc national des Glaciers ?

Le parc national des Glaciers est réputé pour être un paradis pour les amateurs de randonnée et d’alpinisme. Mais pas que, puisque l’hiver, il constitue également un formidable terrain de jeu pour les adeptes de ski. L’ayant visité en été, c’est donc à ses sentiers pédestres que nous nous sommes intéressés.

Nous avons jeté notre dévolu sur le Glacier Crest Trail, une randonnée à la journée, d’une distance de 11,4 km A/R et avec un dénivelé positif de 958 m (niveau difficile). Bien que plus ardu que ce à quoi l’on s’attendait, le sentier est magnifique et l’on s’en est donné à cœur joie à traverser ses majestueuses forêts de cèdres et à gravir ses hautes montagnes. La vue finale sur la vallée glaciaire est époustouflante et vaut toutes les courbatures du monde.

Si vous disposez de davantage de temps dans le parc, de nombreuses autres randonnées permettent de prendre de la hauteur pour contempler les différents glaciers. Nous aurions ainsi beaucoup aimé parcourir les sentiers de la Crête Abbott, de Perley Rock ou de la Vallée de l’Asulkan, mais nous ne faisions qu’une étape. Pour les moins férus de marche, il existe également de petits chemins pour découvrir les forêts de thuyas et de pruches du parc.

À ce sujet, les deux parcs sont réputés pour abriter de nombreuses espèces de faune et de flore. Nous n’avons pas été très chanceux pour y observer des animaux, mais sachez qu’ils sont le lieu de vie d’une cinquantaine de mammifères différents dont des ours, des caribous, des chèvres de montagnes, des castors, des rats musqués et des oiseaux.

Informations pratiques.

  • Les parcs sont ouverts toute l’année, mais certains tronçons supérieurs peuvent être enneigés jusqu’au mois de juillet. De nombreuses installations sont fermées d’octobre à mai.
  • Le tarif d’entrée journalier est de 10,00 $ par personne dans chacun des parcs. Si vous prévoyez de visiter plusieurs parcs nationaux, vous pouvez faire comme nous et opter pour la carte d’entrée découverte de Parcs Canada. Celle-ci s’élève à 69,19 CAD pour une personne ou 139,40 CAD pour un groupe.
  • Au niveau des logements, nous vous conseillons de séjourner à Revelstoke pour visiter le parc du Mont-Revelstoke et du côté de Golden pour le parc national des Glaciers si vous poursuivez ensuite vers les Rocheuses.

Et voilà pour notre retour d’expérience sur les parcs nationaux du Mont-Revelstoke et des Glaciers. Nous espérons que celui-ci vous a plu et vous a donné à vous aussi envie de découvrir ces deux trésors nichés au cœur des Columbia Mountains. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire auquel on se fera un plaisir de répondre.

On vous retrouve bientôt pour la suite de nos aventures dans les Rocheuses canadiennes.

Voyagement vôtre

2020-05-28T09:56:49+02:00 27 mai 2020|Amérique, Canada, Colombie-Britannique, Road trip|0 commentaire

Laisser un commentaire