Mexique : Calakmul, le temple maya perdu au cœur de la jungle

Hello les voyageurs,

On vous dévoile aujourd’hui un nouvel article sur notre road-trip au Mexique avec la quatrième étape de celui-ci : le site archéologique de Calakmul. Situé au sud de la péninsule du Yucatán, à la frontière avec le Belize et le Guatemala, on y retrouve des vestiges mayas exceptionnels d’une ancienne cité perdue au cœur d’une jungle de 180 000 km2. Celle-ci est aussi le foyer de nombreuses espèces animales, dont des oiseaux, des marcassins, des singes et des jaguars. Vous l’aurez compris, tout est réuni pour satisfaire les amoureux de la nature.

Comment accéder au site archéologique de Calakmul ?

Nous sommes partis aux aurores depuis Bacalar pour visiter les ruines de Calakmul. La distance est effectivement longue pour se rendre sur les lieux, puisqu’il faut facilement compter 2 h pour arriver à la bifurcation, puis 1 h 30 supplémentaire pour parvenir jusqu’à l’entrée du site. On avait d’ailleurs lu que le second chemin était limite impraticable, mais à part quelques nids de poule, on n’a pas trouvé cela si terrible que ça. Si vous venez de Campeche, c’est plus de 5 h de trajet au total que vous devrez parcourir.

Nous avons rencontré deux péages sur la seconde portion de la route : au premier, nous avons dû nous acquitter de la somme de 50 pesos/personne (environ 2.50€) pour les droits d’accès à la réserve naturelle ; au second ce sont 75 pesos/personne (environ 3.50€) que l’on nous a cette fois demandé pour l’entrée au site archéologique de Calakmul. Attention, une fois dans la zone protégée, vous devez rouler à 30 km/h maximum afin de ne pas « trop » déranger les animaux.

Oiseau de Calakmul

Notre expérience dans la réserve.

Si vous avez consulté nos précédents articles, vous savez que Calakmul n’était pas le premier site archéologique que nous visitions. Cependant, nous devons bien reconnaître que celui-ci dispose d’une ambiance bien distincte des autres et l’on se sent vite comme un Indiana Jones à la recherche de temples perdus.

Trois circuits différents sont ainsi proposés pour explorer les ruines. Nous avons opté pour l’intermédiaire, car le court nous semblait vraiment succinct et le grand un peu long en raison de l’heure déjà bien avancée.

Notre expédition commence par différents édifices où l’on apprend que Calakmul était l’une des plus puissantes cités mayas de l’époque, aux côtés de sa rivale Tikal au Guatemala. Par la suite, nous découvrons successivement les trois pyramides majeures sur lesquelles il est possible de monter. La vue est impressionnante de là-haut et l’on reste un petit instant à contempler la jungle environnante.

Temple Calakmul

Sur le chemin du retour, on entend les feuilles bouger au-dessus de nos têtes. En levant le regard, on aperçoit se balancer de branche en branche un groupe de singes-araignées. On essaye de les suivre discrètement, jusqu’au moment où ils s’arrêtent au milieu de toute leur famille. On ne vous cache pas que ce moment nous a mis des étoiles plein les yeux. Notre première rencontre avec des singes en « liberté » avait eu lieu en Thaïlande et ils cherchaient plus à nous faire les poches en quête de nourriture qu’autre chose. Ceux-là semblent bien plus méfiants vis-à-vis de l’Homme, puisqu’ils ne se sont jamais approchés. Cela reste tout de même un merveilleux souvenir et nous confirme que l’on préfère 1000 fois admirer les animaux dans leur habitat naturel qu’au zoo.

Nous finissons notre tour sur les coups de 16 h. Il est déjà temps pour nous de repartir, car la route est encore longue jusqu’à notre prochaine étape de Escárcega.

singe-araignée calakmul
singe-araignée calakmul

Informations pratiques.

Le site archéologique de Calakmul est ouvert tous les jours de 8 h à 17 h. Pour plus de praticité, on vous recommande de prévoir au minimum un jour entier pour celui-ci (temps de trajet et visite).

En arrivant sur le parking, vous comprendrez vite que Calakmul est bien différent des autres temples mayas de la péninsule. C’est bien simple, à part les ruines, il n’y a aucune infrastructure. Anticipez suffisamment vos achats notamment en eau et en snacks pour tenir la journée et faites le plein pendant que vous êtes encore sur la route 186 entre Escárcega et Bacalar, étant donné qu’il n’y a pas de station ensuite. Soyez vigilants d’ailleurs lorsque vous empruntez cet axe, car celui-ci est le plus proche de la frontière avec les pays voisins et les barrages routiers et contrôles policiers sont de ce fait renforcés.

En ce qui concerne les hébergements, il n’y a pas de logement dans le parc même. Le premier camping (Campamento Yaax’che) et les deux premiers hôtels (Puerta Calakmul et Calakmul Cabanas) se trouvent au niveau de la bifurcation de la route 186 vers celle de la réserve de Calakmul. Nous n’avons testé ni l’un ni l‘autre, car le premier était hors de notre budget et le second complet.

Si vous faites le trajet dans le même sens que nous et que votre prochaine étape est Campeche, la ville la plus proche est donc Escárcega. C’est dans cette dernière que nous avons choisi de passer la nuit, à l’hôtel Yaakunah, un petit motel sans prétention tenu par une famille adorable et à un prix défiant toute concurrence (34 € la chambre). Il y a aussi moyen de manger sur place, ce qui est appréciable après une telle journée. On a entendu certaines personnes dirent aller directement à Campeche, mais on ne vous cache pas que nous n’étions pas très motivés pour faire 5 h de voiture après celles que nous avions déjà faites au cours de la matinée.

Si vous faites le tour de la péninsule dans le sens inverse du nôtre, la localité la plus « pratique » où dormir selon nous est Xpujil. De ce qu’on a pu constater, la ville semble assez développée et abrite pas mal d’hôtels. Il est toujours possible sinon de rouler jusqu’à Bacalar, mais à voir si cela ne représente tout de même pas beaucoup de route avec celle effectuée dans la journée.

hôtel Yaakunah

C’est sur ce dernier conseil que nous allons clôturer cet article. On espère que celui-ci vous a plu et vous sera utile pour visiter le site de Calakmul. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire si vous avez des questions ou si vous souhaitez rebondir sur un point.

On vous retrouve très vite avec un nouveau billet sur notre ville favorite dans la péninsule : Campeche.

Voyagement Vôtre

2019-05-21T16:18:34+01:00 21 mai 2019|Amérique, Mexique, Récit, Road trip|2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Voir le monde avec nous 22 mai 2019 à 15 h 07 min - Répondre

    Vos photos sont toujours belles et donnent vraiment envie de voyager
    super articles 🙂

Laisser un commentaire