Voyagement vôtre » Comment préparer son voyage en Thaïlande ?

Comment préparer son voyage en Thaïlande ?

Hello les voyageurs !

On vous retrouve aujourd’hui avec un nouvel article sur la Thaïlande. On doit vous avouer que nous n’avions pas prévu d’écrire un tel article, car on trouvait cela un peu laborieux étant donné que ce voyage commence à dater. Cependant, on a reçu dernièrement une série de questions liées à l’organisation de celui-ci, et l’on s’est dit qu’il serait peut-être intéressant d’en faire profiter au plus grand nombre. On a ainsi décidé de vous délivrer un petit article sur « comment préparer son voyage en Thaïlande », un peu comme on l’avait déjà fait pour les USA ou les Açores. Vous êtes prêts ? C’est parti !

Les vols

Première chose non négligeable lorsque l’on s’apprête à faire un tel voyage, il s’agit bien entendu de prendre connaissance des différentes options de vol. Elles sont nombreuses pour la Thaïlande et vous en trouverez à tous les prix. On vous recommande d’aller jeter un œil sur des comparateurs comme Skyscanner ou Momondo, qui proposent pas mal d’options, notamment du côté des compagnies comme Air France, Lufthansa ou encore Qatar Airways. À nos yeux, elles semblent être les compagnies offrant le meilleur ratio prix/temps de vol sur le marché avec des tarifs oscillant entre 500 et 750 €.

Pour notre part, étant donné que nous étions partis avec le CE de Sébastien, nous ne nous étions pour une fois pas chargés de réserver nos vols. Il me semble cependant que les prix de ceux-ci étaient de 500 €/personne pour un Lyon/Bangkok avec une escale à Paris.

Pour réduire un peu les coûts, vous pouvez également regarder du côté des compagnies low cost qui ont largement élargi leurs offres ces dernières années. De notre côté, si l’on devait de nouveau réserver un vol, je pense que l’on s’orienterait vers une compagnie qui fait escale dans le golfe persique (comme Qatar Airways ou Emirates). Elles permettent de couper le trajet en deux (car les 13 h du Paris/Bangkok sont interminables) et de bénéficier de billets d’avion à un tarif vraiment avantageux.

la jungle thaïlandaise

Le décalage horaire

Il y a 6 heures de décalage en hiver et 5 heures en été entre la France et la Thaïlande. C’est-à-dire qu’en ce moment, quand il est 12 h à Paris, il est déjà 18 h à Bangkok. Ça ne parait pas si « horrible » comme ça, mais lorsque l’on se rend en Thaïlande, on voyage dans le « mauvais sens », et le décalage horaire peut-être un peu difficile à encaisser. Ne prévoyez donc pas trop de choses au cours de votre première journée sur place, car pour notre part, on en a passé une bonne partie à dormir. On vous aura prévenu ! 🙂

La meilleure période

La meilleure période pour visiter la Thaïlande est entre novembre et mars. Elle permet en effet d’éviter la saison des pluies et les températures caniculaires du printemps. Le mauvais côté de la chose, c’est qu’elle correspond également à la saison la plus touristique et que vous ne serez donc pas seuls à vous y rendre à ce moment-là.

À savoir qu’il est vivement recommandé d’éviter d’y aller de mai à octobre, car cela coïncide avec la saison des moussons et des fortes pluies.

La flore thaïlandaise
Maekok River

Le visa

Pour les ressortissants français, il n’y a pas besoin de visa pour aller visiter la Thaïlande. On peut entrer dans le pays sur simple présentation de notre passeport (avec une validité de six mois après la date de retour) et en étant en possession d’un billet retour. Avec tout ceci, nous avons ainsi la possibilité de séjourner 30 jours consécutifs dans le pays. Si vous avez besoin de rester plus longtemps sur le territoire, il sera nécessaire d’obtenir un visa. Pour cela, on vous invite à consulter le site de Thaivisa, qui saura répondre à vos questions sur le sujet.

Les vaccins

Aucun vaccin n’est à proprement parlé obligatoire pour aller en Thaïlande, mais plusieurs sont cependant vivement conseillés selon les régions où vous vous rendez. Outre le fait d’être à jour dans vos vaccins universels (DTCP, hépatite B), les sites de voyage comme Le routard recommandent de se faire vacciner contre l’hépatite A et la typhoïde pour les séjours classiques et contre la rage pour les séjours plus longs ou ruraux.

Pour notre part, nous étions allés nous renseigner sur le site de l’Institut Pasteur. À l’époque, on nous avait recommandé de nous faire vacciner contre l’hépatite A et de nous faire prescrire de la malarone en prévention du paludisme. On doit vous avouer qu’il y a débat sur ce dernier point. Personnellement, on part du principe qu’il vaut mieux prévenir que guérir et l’on a préféré en prendre avec nous, mais libre à chacun d’agir en son âme et conscience de ce côté là. Emportez tout de même avec vous un bon répulsif antimoustiques pour vous protéger le plus possible.

Maetaman elephant camp

Les déplacements sur place

Comme nous l’avons déjà dit, notre voyage en Thaïlande était notre première expérience en Asie. Nous nous sommes donc essentiellement déplacés en bus et nous avons été agréablement surpris de constater que l’on circulait assez facilement entre les divers points d’intérêt. Il y a pour la plupart du temps des autoroutes entre les différentes villes principales du pays et il est donc relativement aisé de les relier les unes aux autres.

Petite alerte cependant : plus on monte vers le nord, plus les routes goudronnées se raréfient. Au cours de notre voyage, on s’est retrouvé à emprunter des routes de montagne bien moins praticables que ce que l’on avait connu au début. On vous conseille de prendre en compte cette variable dans l’organisation de votre road trip si vous choisissez de partir dans le nord. Cela rallonge en effet considérablement le ratio temps/distance parcourue et il est préférable d’anticiper ce point, si l’on ne veut pas rencontrer de mauvaise surprise pendant son voyage.

Au cours de notre séjour, on a également eu l’opportunité d’emprunter le train de nuit pour relier Chiang Mai à Bangkok. On doit vous confesser que l’on appréhendait beaucoup cette étape, qui finalement était loin d’être aussi horrible que ce à quoi l’on s’attendait. On s’est même bien amusé et cela reste l’un de nos meilleurs souvenirs de Thaïlande. Il faut bien avouer que c’est très représentatif du folklore du pays.

Pour ne rien rater de ce dernier point d’ailleurs, on vous conseille également d’emprunter l’un des célèbres tuk-tuk dans l’une des villes de votre parcours. Vous ne pouvez pas quitter la Thaïlande sans avoir vécu cette expérience.

gare de Wangpho

Le logement

Étant donné qu’il s’agissait d’un voyage organisé, nous n’avons rien choisi par nous même au niveau des logements. Globalement, on a été plutôt chanceux, mais on doit vous avouer que l’on a eu quelques mauvaises expériences également.

De mémoire, il me semble que le prix de nos chambres oscillait entre 30 et 40 € et il s’agissait toujours d’établissements très corrects (minimum 3 étoiles). Vous avez donc tout à fait la possibilité de trouver des logements dans cette gamme de prix là, voir un peu inférieure.

Si l’on avait l’opportunité de retourner en Thaïlande et que l’on devait réserver par nous même, on irait comme d’habitude faire un tour du côté de Airbnb. Il y a l’air de pouvoir louer des appartements ou maisons de dingue, pour vraiment pas cher.

La monnaie

La monnaie locale thaïlandaise est le baht. À l’heure actuelle et déjà lorsque l’on y était, 1euro équivalait à environ 40 bahts thaïlandais. La Thaïlande étant un pays en développement, il est très « confortable » pour nous européens de consommer là-bas. On doit quand même bien vous avouer que cela nous agaçait un peu de voir les Occidentaux surconsommer (et donc gaspiller) sous prétexte que ce n’est pas cher, alors que l’on voyait certains locaux vivre dans des conditions déplorables. On vous encourage bien sûr à vous faire plaisir, mais de façon raisonnable tout de même.

Pirogue sur le fleuve Chao Phraya
Un temple de Bangkok

La nourriture et l’hygiène

Vous vous rendrez vite compte en Thaïlande que les conditions d’hygiène et les systèmes d’égouts sont bien moins développés que chez nous. La chaîne du froid y est plutôt anecdotique à certains endroits et l’on vous invite donc à suivre ces quelques conseils, afin de ne pas tomber malade sur place et de voir votre séjour virer au cauchemar.

Niveau alimentation premièrement : ne buvez que de l’eau en bouteille. L’eau du robinet n’est pas potable et il est fortement déconseillé d’en consommer. Méfiez-vous également des glaçons que l’on pourrait mettre dans vos boissons dans certains lieux. Généralement, ils sont industriels, mais ils sont parfois faits à partir d’eau du robinet. Pas d’inquiétude majeure à avoir non plus, on a survécu en buvant quelques cocktails à l’hôtel.

En ce qui concerne la nourriture, la tentation est grande en Thaïlande et vous serez peut-être amené à succomber devant l’une des nombreuses étales de marchés. On a vu des mets à base de viande ou de fruits de mer, rester posé pendant des heures au soleil avant d’être consommé. Si vous venez à vous laisser tenter par de la street food, on vous conseiller de bien repérer votre endroit et de demander à bien faire cuire votre viande ou poisson. Dernière chose au sujet de l’alimentation, on vous invite également à ne manger que des fruits pelés et si possible faites-le vous-même, afin d’être sûr de ce que vous consommez.

Enfin, on vous conseille en règle générale de vous laver les mains régulièrement (notamment avant de prendre vos repas) que ce soit avec du savon, des lingettes ou une solution hydroalcoolique.

marché flottant de Damnoen Saduak

Les vêtements à choisir en fonction des activités

Constituer sa valise pour la Thaïlande peut paraitre un peu casse-tête, surtout lorsque l’on part en novembre et qu’il est l’hiver dans l’hémisphère nord. Outre vos jolis habits d’été, il y a quand même quelques indispensables à prévoir au cours de la préparation de votre bagage.

Si vous avez prévu de visiter des temples, il est important d’emporter des vêtements qui vous couvrent les épaules et les cuisses. On vous recommande d’emmener quelques t-shirts à manches courtes et si vous en avez dans votre garde-robe, des bermudas qui descendent au moins jusqu’aux genoux.

Si comme moi, vous êtes adeptes des shorts courts et donc un peu pauvre en bermudas, pas d’inquiétude pour autant. Je prévoyais toujours un foulard très fin et assez long à mettre dans mon sac à dos. De la sorte, il ne tenait quasi pas de place dans celui-ci et je me contentais de le sortir lorsque j’en avais besoin pour le nouer autour de ma taille. Si vraiment, vous n’avez pas de foulard non plus, sachez qu’ils en prêtent aux abords de certains édifices. Il faut juste avoir en tête qu’ils passent de touriste en touriste.

Dernier point concernant la visite des temples, on vous conseille de prendre également avec vous une petite paire de socquettes. Vous serez effectivement invités à vous déchausser à l’entrée de ceux-ci et au risque de paraitre un peu « hypocondriaque », on ne connait malheureusement pas le passif des autres visiteurs. Pour l’anecdote, lors de l’une de nos premières excursions dans un temple, on écoutait un groupe de deux femmes échangeaient sur leurs verrues plantaires. Ça nous a clairement refroidis et l’on a porté des socquettes pendant tout le reste du temps.

Wat Phrathat Doi Suthep

Et voilà nos conseils pour envisager sereinement son voyage en Thaïlande. On espère que celui-ci vous a plu et vous aidera à préparer votre road trip comme il se doit. Si vous avez encore des questions auxquelles nous n’aurions pas pensé ou que vous souhaitez réagir à cet article, laissez-nous un petit commentaire… On se fera un plaisir d’y répondre.

À très vite, pour de nouvelles aventures.

Voyagement vôtre

Vos commentaires

avatar
  Subscribe  
Me notifier