Açores : la surprenante île de São Miguel

Hello les voyageurs !

On vous retrouve aujourd’hui pour poursuivre notre série d’articles sur les Açores en vous emmenant à la découverte de la belle et surprenante île de São Miguel.

São Miguel est souvent considérée comme l’île principale des Açores, car elle est la plus grande des neuf îles, mais surtout le point d’entrée vers celles-ci depuis le continent. C’est donc très généralement pour cela qu’elle est visitée en premier.

Mais au-delà de ces petits détails pratiques, São Miguel regorge de nombreux atouts. Surnommée l’île verte, elle ressemble effectivement à un immense jardin luxuriant abritant tantôt d’interminables prairies qui rappellent celles de l’Écosse, tantôt des forêts tropicales qui nous font clairement penser au Costa Rica (du moins tel qu’on l’imagine).

À cela, viennent s’ajouter des lacs d’un bleu profond, immergés au fond de cratères de volcans et des phénomènes géothermiques en tout genre, pour pimenter votre séjour.

Vous l’aurez compris, d’est en ouest, l’île abrite de nombreuses merveilles que nous allons tâcher de vous décrire juste ici.

Que voir à São Miguel ?

La caldeira das Sete Cidades

Commençons par l’ouest de l’île avec son paysage le plus connu : la magnifique réserve protégée de Sete Cidades. Sete Cidades est un gigantesque stratovolcan, surplombé par une caldeira comprenant quatre lacs : le lac Verde, le lac Azul, le lac de Santiago et le lac Rasa. Le lieu est vraiment à couper le souffle, ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il est considéré comme l’une des 7 Merveilles naturelles du Portugal.

Pour profiter pleinement de la vue, on vous recommande d’aller admirer ces lacs depuis les Miradouros de la Vista do Rei et du Lagao do Canário.

Le belvédère de la Vista do Rei est le point de vue le plus connu de l’île de São Miguel. À notre grande surprise, il ne s’agit pas d’un point de vue classique. Pour jouir pleinement de celui-ci, il faut en effet monter dans l’ancien hôtel Monte Palace, un immense complexe aujourd’hui désaffecté. On doit avouer que l’on a un peu hésité au début, mais on a vite compris que cet hôtel faisait clairement partie du folklore lié au lieu. On a trouvé cela plutôt atypique comme visite et la vue panoramique offerte sur le lac Verde et le lac Azul est à tomber.

Miradouro de la Vista do Rei
Intérieur de l'ancien hôtel Monte Palace

En ce qui concerne le Miradouro Lagoa do Canário, on vous recommande de vous y rendre pour faire LA photo que l’on peut apercevoir sur toutes les brochures concernant les Açores. Ce point de vue est en effet l’un des plus beaux endroits de l’île et il offre une vue splendide sur le lac de Santiago et le lac Rasa aux eaux tantôt bleues et tantôt vertes.

Petite information pratique concernant ce lieu : une fois arrivé en voiture près de l’entrée du lac, on vous recommande de ne pas vous arrêter au portail comme le font la plupart des gens et de continuer votre route à l’intérieur du parc. Il y a en effet un autre parking au sein de celui-ci, juste devant le chemin de randonnée menant au belvédère. Cela vous économisera quelques kilomètres à pied.

Miradouro Lagoa do Canário

Petite information bis, on se répète un peu, mais l’on vous conseille vraiment de vérifier la météo sur Spot Azores (dont on vous parle ici) avant de vous rendre à Sete Cidades. Le cratère est effectivement situé en altitude et de ce fait retient tous les nuages qu’il voit passer. Pour réellement apprécier les endroits que l’on vient de vous citer, on vous recommande donc de planifier votre visite un jour sans brouillard, quitte à patienter pendant 3 jours comme ce fût notre cas. On a eu un peu peur de ne jamais le voir à un moment donné, mais à l’heure actuelle, on ne regrette pas du tout d’avoir patienté.

Mosteiros et Ferraria

Au cours de cette même journée, nous avons poursuivi notre route vers les villages côtiers de Mosteiros et Ferraria. Les deux petites bourgades sont très mignonnes. On a adoré flâner au milieu de leurs ruelles tout en contemplant les maisons colorées au style totalement açoréen.

La ville de Mosteiros
La ville de Mosteiros

Mais l’intérêt des deux villes ne réside pas là. Non, celles-ci sont surtout réputées pour abriter un nombre important de piscines naturelles. Les piscines naturelles, kézako ? Pour faire bref, ces dernières sont le résultat de l’érosion de la roche volcanique au contact du vent et des vagues de l’océan Atlantique. Au fil du temps, des petites criques se sont formées et les locaux en ont profité pour aller se baigner. Certaines, comme celles de Ferraria sont même alimentées par une source d’eau chaude.

La mer était un peu agitée lorsque nous nous y sommes rendus, nous n’avons donc pas tenté l’expérience. Cependant, on l’a testée sur d’autres îles par la suite et c’est vraiment génial. En plus, c’est gratuit.

Les piscines naturelles de Mosteiros

Pour les moins téméraires, sachez qu’il existe également un centre thermal à Ferraria, qui se situe juste à côté des piscines naturelles. De quoi vous détendre dans les termes, si vous ne vous sentez pas d’affronter la houle.

La capitale Ponta Delgada

Un peu plus à l’est de ces deux points se trouve la ville de Ponta Delgada. Ponta Delgada ne nous a pas laissé un souvenir impérissable, mais la ville abrite tout de même quelques pépites dont on se doit de vous parler.

Le premier joli coin à Ponta Delgada, c’est bien évidemment sa Marina flambant neuve. En vous promenant le long de celle-ci, vous pourrez découvrir son port, mais aussi las Portas da Cidade (les Portes de la ville) et le Forte de S. Bras (ancien fort militaire aujourd’hui transformé en musée).

Las Portas da Cidade

Il faut savoir, si mes souvenirs sont bons, qu’on a visité Ponta Delgada un dimanche. Une journée un peu morte en somme. Mais cela nous aura au moins permis de rentrer gratuitement dans le Musée Carlos Machado. On doit bien avouer que l’on y est entrés, car tout était fermé et que l’on commençait à s’ennuyer un peu. Mais au final, cette visite s’est révélée très intéressante et nous a permis d’en apprendre davantage sur l’Histoire des Açores et leur évolution à travers les époques.

Après ce petit instant culture, nous sommes allés flâner dans les jardins du Palacios da Presidencia. Comme leur nom l’indique, ces jardins sont les espaces verts attenants à la résidence du Président des Açores. On vous briefe donc au début de la visite pour que vous n’approchiez pas trop près de la maison et c’est tout ! Les gardes sont en totale confiance ! Ce genre de comportement nous a tellement semblé à des années-lumière de chez nous.

Au-delà de ça, les jardins sont encore une fois très beaux et très bien entretenus. En somme, une jolie visite pour seulement 2 € par personne.

Palacios da Presidencia

La dernière chose que nous sommes allés découvrir aux alentours de Ponta Delgada est la plantation d’ananas de Fajã de Baixo. L’ananas, c’est le fruit par excellence aux Açores et grâce à cette visite, on comprend pourquoi. À l’instar du thé dont on vous parlera juste après, les Açores abritent l’une des rares plantations européennes d’ananas. Mais il ne s’agit pas de n’importe quelle plantation. Compte tenu des températures océaniques de São Miguel, le fruit ne peut en effet pousser ici comme il le ferait en Amérique du Sud. Il est alors cultivé sous serres pendant près de deux ans.

La visite, libre et gratuite, est très intéressante pour en apprendre un peu plus sur les différents stades de maturation de l’ananas et la culture de celui-ci aux Açores. À l’extérieur, il est même possible de trouver une boutique de produits dérivés à base d’ananas, comme des liqueurs ou des moutardes.

plantation d’ananas de Fajã de Baixo
plantation d’ananas de Fajã de Baixo
plantation d’ananas de Fajã de Baixo

Maia et les plantations de thé des Açores

À l’instar de Mosteiros et Ferraria, Maia est une charmante ville côtière située un peu plus au nord de l’île. On a beaucoup apprécié découvrir ses maisons colorées et ses piscines naturelles. Il y a d’ailleurs une sympathique promenade à faire le long des rochers, qui vous permettra d’explorer de jolies plages de sable noir.

la ville de Maia

Mais ce qui fait l’intérêt de Maia pour le coup, ce ne sont pas ses plages, mais bien les plantations de thé situées dans ses environs.

Les Açores sont en effet réputées pour abriter les deux seules plantations de thé d’Europe. Deux fabriques qui se trouvent toutes deux sur l’île de São Miguel : la plantation de Cha Gorreana et celle de Cha Porto Formoso.

C’est cette dernière que nous avons choisi d’aller voir. Bien que la visite de la plantation soit, parait-il, moins complète que celle de la fabrique Cha Gorreana, elle reste intéressante. On découvre au cours de celle-ci comment le thé est cultivé et comment différencier les différents types de plantes. À la fin de celle-ci, on a même droit à une dégustation gratuite du thé phare de la fabrique.

La fabrique de Cha Porto Formoso
La fabrique de Cha Porto Formoso

Ce qui nous a poussés à aller dans celle-ci plutôt que l’autre, c’est parce que celle-ci nous semblait moins prisée par les touristes que la fabrique Cha Gorreana et que le cadre général est parait-il plus charmant.

Avec le recul, on reste persuadés que les deux plantations se valent et l’on a fait d’aussi jolies photos dans l’une que dans l’autre.

la plantation de Cha Gorreana

Le Lagoa do Fogo

Dans le centre de l’île se trouve le deuxième des trois stratovolcans de celle-ci : le volcan d’Agua de Pau. La caldeira de celui-ci est recouverte par le Lagoa do Fogo (lac de feu), qui est définitivement l’un des plus beaux lacs que l’on ait vus de notre vie. Les nuances de bleu de celui-ci sont tellement intenses, qu’il est difficile de le quitter des yeux. On a d’ailleurs eu du mal à s’en remettre et l’on espère que ce n’est qu’un avant-goût des lacs turquoise qui nous attendent au Canada.

Lagoa do Fogo
Lagoa do Fogo
Lagoa do Fogo

Malheureusement pour nous, nous n’avons pas pu faire de randonnées autour du lac, car la météo ne jouait clairement pas en notre avantage. Mais sachez qu’il y a l’air d’avoir pas mal de sentiers plutôt sympathiques dans le coin, notamment un qui mène au pied du lac. On n’a pas de regrets, mais on va dire que ça nous fera une excuse pour y retourner.

Toujours est-il que, si vous vous retrouvez dans la même situation que nous, rassurez-vous, car les plus beaux points de vue sont accessibles en voiture.

La Caldeira Velha

Non loin du Lagoa do Fogo, se trouvent les sources d’eaux chaudes de la Caldeira Velha. Comme souvent aux Açores, lorsque vous vous retrouverez face à une grande concentration de voiture au mètre carré, c’est qu’il y a quelque chose d’intéressant à voir. C’est le cas pour la Caldeira Velha. Le parc de celle-ci se trouve au bord d’une route, là où l’on ne l’attend pas vraiment.

Le parking est minuscule, on vous recommande donc d’y aller tôt ou si cela n’est pas envisageable de vous garer à la sauvette (mais le mieux possible) comme la plupart des gens. L’entrée au parc est de 2 € par personne et sert surtout à financer l’entretien de celui-ci. Une fois à l’intérieur, on commence par une promenade bucolique au sein de la forêt avant de rejoindre le centre d’interprétation. Bien que petit, celui-ci est intéressant pour en apprendre un peu plus sur l’activité volcanique des Açores et la faune locale.

Après cela, des cabanes en bois sont mises à disposition pour se changer et l’on est fin prêts à plonger dans la cascade naturelle située juste à côté de celles-ci. La température de l’eau de celle-ci n’est « qu’à 26 °C », mais on doit vous avouer que c’est plaisant d’avoir la possibilité de se baigner dans un cadre aussi enchanteur.

la Caldeira Velha

Le seul hic me direz-vous, c’est que l’on ne peut pas vraiment se fier aux photos que l’on peut voir de ce lieu. En réalité, on vous assure qu’il y a foule. C’est la raison principale pour laquelle nous n’avons pas essayé l’autre bassin (dont la température de l’eau atteint plus les 35 °). Bon, c’est aussi parce que nous avions décidé d’aller nous baigner à Furnas ce jour-là, on l’aurait probablement fait sinon.

Toujours est-il que la Caldeira Velha reste un endroit enchanteur, qu’il faut absolument visiter. On vous recommande seulement de faire ça assez tôt le matin, afin de profiter comme il se doit de la quiétude du lieu.

Le lagoa et la caldeira das Furnas

Plus à l’est se trouve la région de Furnas qui est définitivement l’un de nos endroits préférés sur l’île. Furnas, c’est effectivement un concentré de tout ce qui se fait de mieux aux Açores.

On n’a pas compris toutes les subtilités de la chose, mais il semblerait que le volcan de Furnas soit à ce jour, un peu plus actif que les deux autres de l’île. À l’instar de différents lieux que nous aimerions beaucoup visiter (comme l’Islande, la Nouvelle-Zélande ou Yellowstone), il est donc possible d’observer là-bas l’activité géothermique de l’île.

Un petit circuit a été mis en place afin de pouvoir se balader au milieu des fumerolles et autres bouillonnements liés à la terre. Attention, on a été assez surpris en arrivant (puisque l’on était à pied), mais l’entrée est payante et il faut donc s’acquitter d’une taxe dérisoire de 0,50 centime par personne.

Toutefois, l’activité phare de Furnas reste bien évidemment le folklore lié à la confection du cozido. Le cozido, c’est LE plat typique açorien. Il s’agit d’un pot-au-feu composé de légumes et de diverses sortes de viandes, qui est cuit pendant 8 h dans le cratère du volcan de Furnas.

le volcan de Furnas

Sur les coups de midi, on voit donc dévaler les camionnettes des différents restaurants de la ville, venus déterrer et enterrer leurs marmites pleines de cozido. Si l’expérience vous tente, il est recommandé de réserver son cozido à l’avance. Mais si comme nous, vous vivez souvent au jour le jour, on vous donne une adresse en fin d’article où il n’est pas nécessaire de réserver.

Après cette petite attraction, il était temps pour nous de nous activer un peu. On s’est donc lancé dans une randonnée menant au Pico do Ferro. Il s’agit d’un magnifique point de vue sur la caldeira de Furnas. La randonnée est vraiment très sympathique et pas très prisée des touristes, qui préfèrent le rejoindre en voiture. Très honnêtement, on a adoré cette promenade. C’était effectivement la première fois que l’on ressentait ce sentiment de solitude sur São Miguel, et l’on y a découvert une végétation luxuriante que l’on avait encore jamais vu jusqu’à présent.

panorama du Pico do Ferro

Au niveau de la difficulté, cette randonnée n’est pas très compliquée en soi, mais le terrain est un peu glissant, on vous recommande donc d’y aller avec de bonnes chaussures.

En redescendant vers le lac, on tombe sur les ruines de la propriété de Grená, un ancien manoir, qui témoigne du passé colonial du Portugal.

Après cette mise en jambe, nous avons poursuivi avec la randonnée du Lagoa das Furnas, qui fait le tour de la lagune. Celle-ci est très facile et vraiment à la portée de tous, car le chemin est plat de A à Z. Elle se termine d’ailleurs dans le centre de Furnas et vous permet d’enchainer sur une autre activité de la ville.

randonnée du Lagoa das Furnas
randonnée du Lagoa das Furnas

Le parc botanique Terra Nostra

Par autre activité, on parle bien évidemment du parc botanique Terra Nostra. Il s’agit de l’un des plus beaux jardins d’Europe et l’on comprend pourquoi, car il abrite pas moins de 2000 espèces d’arbres et de plantes venues des quatre coins du monde.

parc botanique Terra Nostra
parc botanique Terra Nostra

Une fois les jardins arpentés arrive le moment de se diriger vers la partie la plus atypique de ce parc : la piscine thermale d’eau ferrugineuse. Sa couleur orange peut rebuter au premier abord, c’est pourquoi on se doit de vous préciser que cela est dû à sa haute teneur en minéraux. Une fois que vous avez pénétré dans son eau à 40 °, il est difficile d’en sortir, tellement cela est relaxant.

la piscine thermale d’eau ferrugineuse du parc Terra Nostra

Petit bonus : Ce que l’on ne vous dit pas dans les guides, c’est qu’à côté du grand bassin, se trouvent d’autres sources d’eaux chaudes, un peu plus intimistes où il est également possible de se relaxer. Mais ne l’ébruitez pas trop ! 🙂

D’ailleurs, on ne veut pas vous influencer, mais le parc fait selon nous partie des activités immanquables aux Açores. Si l’expérience vous tente, sachez donc que l’entrée au jardin botanique et aux sources coûte la somme de 7 € par personne.

Le Nordeste

Dernier point d’intérêt sur São Miguel que nous avons visité en partie (car il est très grand) : le Nordeste. Situé comme son nom l’indique, tout au nord de l’île, le Nordeste abrite une végétation bien différente des autres coins de celle-ci : tout y est beaucoup plus luxuriant et beaucoup plus sauvage. C’est notamment ce genre de paysages, composés de fougères et plantes exotiques, qui nous ont beaucoup fait penser au Costa Rica et à l’Amérique du Sud.

Nous n’avons pas eu le temps d’énormément arpenter celui-ci, mais nous avons quand même pu faire la découverte du très joli parc naturel de Ribeira dos Caldeirões.
Ce parc perdu au milieu de la jungle abrite une splendide cascade, un jardin botanique et d’anciens moulins à eau. La chute d’eau se trouve du côté droit de la route et le reste du parc en contrebas du côté gauche de celle-ci.

parc naturel de Ribeira dos Caldeirões

Sachez tout de même, quand empruntant l’un des petits chemins cachés derrière la cascade, vous avez la possibilité d’explorer d’autres trésors moins prisés des touristes. En nous aventurant un petit peu, nous avons en effet eu la bonne surprise de tomber sur une nouvelle chute d’eau, dont nous avons pu profiter complètement seuls.

Une chouette découverte en somme, qui accentue un peu plus ce sentiment de quiétude, si cher aux Açores.

Où loger à São Miguel ?

Durant tout notre séjour, nous n’avons occupé que deux appartements à São Miguel, trouvés tous les deux sur Airbnb.

Le premier est situé à Livramento, dans la « banlieue » de Ponta Delgada. Et nous y sommes restés les six premiers jours de notre voyage.

Le second est quant à lui localisé à Ponta Delgada même, juste à côté de l’aéroport et nous y avons séjourné les deux derniers jours de notre périple.

Après réflexion, nous avions décidé de ne pas louer des appartements aux quatre coins de l’île afin de ne pas trop figer notre itinéraire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous avons bien fait étant donné les caprices de la météo. Nous avons effectivement beaucoup adapté celui-ci en fonction des prévisions que l’on pouvait voir sur l’application Spot Azores et selon nous, changer d’appartement tous les deux/trois jours aurait surement été une contrainte supplémentaire.

En outre, visiter l’île de São Miguel est plutôt facile ; celle-ci ne faisant que 746,8 km² (65 km de long sur 8 à 15 km de large). Les routes sont en très bon état (notamment comparés aux îles de Flores et Pico) et l’on relie donc assez facilement un point A à un point B.

Pour en revenir aux appartements en eux-mêmes, on ne vous recommanderait pas totalement le premier. Pour vous présenter la chose, celui-ci appartient à la société Azor Days. Il s’agit d’une grosse maison avec des chambres et salles de bain privatives et des parties communes avec cuisine et séjour. La villa est plutôt mignonne, très propre, bien équipée et bien située, car la route principale longeant l’île est juste à côté. Son point négatif alors ? Et bien là où le bât blesse, c’est que celle-ci est très mal isolée, donc très humide et que c’est extrêmement compliqué de faire partir l’odeur de moisi qui y règne. En outre, avec la pluie des premiers jours, on a eu très froid la nuit et notre linge était très moite. Le truc très agréable dès le matin… Par contre, on tient à préciser que l’on a signalé ce point à notre hôte. Et bien qu’il ait reconnu, ne rien pouvoir faire à l’humidité de la maison, il nous a apporté un chauffage d’appoint dès le lendemain pour nous réchauffer. Ça peut paraitre dérisoire pour certains, mais on a apprécié la petite attention et l’on ne peut donc que souligner la sympathie de celui-ci, qui prenait des nouvelles de nous régulièrement.

maison Azor Days

À l’inverse, on peut vous recommander le second appartement les yeux fermés. Suzette loue également plusieurs logements près de l’aéroport de São Miguel. Ils ont l’air tous conçus sensiblement de la même manière avec une cuisine équipée ouverte sur un coin séjour, une chambre spacieuse et une salle de bain. Le gros plus de cet appartement, en plus d’être décoré avec goût, c’est Suzette qui est vraiment une hôte au top. On avait déjà découvert la ville pour notre part, mais elle a su nous donner quelques conseils pour profiter encore un peu de nos derniers jours sur l’île. En outre, elle nous avait préparé un super panier gourmand avec des produits açoriens (une tradition aux Açores).

appartement de Suzette

Où manger à São Miguel ?

On avait eu la bonne idée de s’inscrire à la salle de sport avant de partir et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on a ruiné tous nos efforts aux Açores. Ce n’est pas notre faute aussi, c’est quoi cette manie de proposer des plateaux de fromage en entrée…

Toujours est-il qu’on a répertorié quelques bonnes adresses Food sur l’île dont on se doit de vous parler.

À Ponta Delgada, on a découvert un restaurant très sympathique sur la Marina : O Marineiro. À première vue, on vous l’accorde, ça ressemble un peu à un attrape-touriste. Mais n’ayant pas énormément d’autres alternatives ce soir-là, on s’est laissés tenter. Et quelle agréable surprise au final. On a mangé une super paella composée de poissons et de fruits de mer, accompagnée d’une formidable Sangria blanche (c’est peut-être à cette dernière que le restaurant doit tout son succès). Blague à part, le plat était très bon, vendu initialement pour deux, on aurait pu manger à quatre dessus. Le cadre est en outre très sympathique, bien que légèrement sujet au vent. Finalement, malgré le fait que l’on n’ait pas été conquis au premier abord et que les prix restent un peu élevés, ce fut une belle expérience.

la paella de O Marineiro

Notre second coup de cœur à Ponta Delgada n’a rien de portugais puisqu’il s’agit de la pizzeria Forneria São Dinis. Que voulez-vous, on ne se refait pas et vous commencez à connaitre notre passion pour la cuisine italienne. Et quelle cuisine ! On y trouve un choix gargantuesque de tapas tant italiennes (focaccia, tartine tomate/mozzarella) que portugaises (plateaux de fromage et de charcuterie portugais, crustacés) ; les pizzas et les lasagnes sont cuites dans le four à pierre et les desserts sont un peu plus variés que dans les autres restaurants de l’île. Bref, vous l’aurez compris, tous les mets sont à tomber et le personnel est vraiment au top. Pour vous dire, on a tellement aimé que l’on y est allés deux soirs de suite… Heureusement que l’on a fait cette découverte à la fin du voyage. Un conseil si cela vous tente, pensez à réserver ou rendez-vous-y tôt, car il y a foule.

les tapas de la Forneria São Dinis
les tapas de la Forneria São Dinis

À Maia, on a voulu essayer le restaurant Fim de Século, que Sébastien avait repéré sur Internet. À première vue, celui-ci ressemble à un vieux bar et ne paye vraiment pas de mine. Pour être honnête, je me suis demandé le temps d’un instant où il me traînait. Fausse première impression encore une fois, car dès le début nous avons été très bien accueillis par la serveuse qui nous a demandé ce que nous voulions manger avant de disparaitre en cuisine. Elle est réapparue quelques secondes plus tard, en nous expliquant que le chef proposait de nous préparer un plat avec trois poissons différents, issus de la pêche du jour. Que demandez de plus ! Au final, on s’est régalé et le rapport qualité/prix est imbattable. On vous le recommande les yeux fermés, si vous êtes dans les parages.

le plat de poisson de Fim de Século

À Furnas enfin, on ne pouvait pas quitter la région sans goûter au fameux cozido. Comme nous l’avons expliqué plus haut, le cozido est un plat typique des Açores : il s’agit d’un pot-au-feu cuit pendant 8 h dans le cratère du volcan de Furnas. On a choisi dans notre cas d’aller déguster le nôtre dans le restaurant Tony. On ne peut pas vous garantir que ce soit le plus raffiné des cozidos de l’île, mais on peut par contre vous assurer qu’il est possible d’en manger un là-bas sans réservation au préalable. Et ça, c’est plutôt cool pour les gens comme nous, qui ont un peu de mal à anticiper. Pensez tout de même à y aller assez tôt.

le cozido du restaurant Tony

C’est sur ces dernières notes gustatives que l’on va terminer cet article sur São Miguel. Ce qu’on retiendra de celle-ci, c’est avant tout la diversité de ses paysages volcaniques et la gentillesse de ses habitants. On vous donne rendez-vous prochainement pour un changement d’ambiance radical, puisque l’on vous parlera de Flores, l’île la plus sauvage des Açores.

Voyagement vôtre

Vos commentaires

Me notifier
avatar
Jolies Lueurs
Invité

Wow, vraiment un article très complet, ça donne un avant-goût vraiment intéressant de cette île !
Les photos sont géniales !
Vous êtes restés combien de temps à Sao Miguel ?

DEGLISE
Invité

Bonjour,
Cet article donne de très bonnes indications. Nous allons 5 jours pleins fin octobre à Sao Miguel et j’éspère que nous pourrons voir tout cela de nos yeux.

Encore merci pour ces infos.

Marc

Sébastien
Voyagement vôtre

Bonjour et merci à toi Marc.
Nous sommes contents que cet article ai pu t’aider, car c’est justement pour cela que l’on tient notre blog 🙂
Avec 5 jours pleins, vous n’allez pas vous ennuyez !

Virginie
Invité
Un grand merci Marc pour ton article. Nous partons au mois d’avril prochain (que 5 jours malheureusement) mais je pense que nous allons suivre ton circuit à la lettre : il est très complet. Nous partons avec notre fille qui aura 8 ans, j’espere que les randos dont tu parles ne sont pas trop difficiles car on aimerait vraiment voir tes photos en vrai !!! Tu ne parles pas des baleines, mais je n’ai pas lu les post sur les autres îles, peut-être que Sao Miguel n’est pas le lieu de départ idéal pour les voir. Merci beaucoup et je… Lire la suite...
Virginie
Invité

Pardon Sébastien… j’ai écrit trop vite mon message et t’ai appelé Marc 🙁 super désolé…

wpDiscuz