Yosemite : et si c’était ça le paradis?

Salut les voyageurs,

Il y a peu on vous abandonnait à la sortie de San Francisco. Aujourd’hui, on se retrouve pour parler un peu de ce qui fût la deuxième étape de notre road trip américain : Yosemite National Park, où un paradis terrestre ni plus ni moins.
Personnellement, les photos de ce parc m’ont toujours fait rêver. Peut-être un peu plus que la moyenne du fait de ma pratique de l’escalade et que Yosemite soit considéré par beaucoup comme le temple des grimpeurs de ce monde.

Quoi qu’il en soit, même si vous ne connaissez pas encore, vous aussi, vous avez sûrement déjà dû contempler ces immenses espaces à travers un écran, ces cascades ou encore ces montagnes vertigineuses sans savoir où cela se trouvait.

À travers ce récit habillé de quelques photos faîtes par nos soins, on espère vous faire rêver un peu (beaucoup ?) et vous convaincre de vous y rendre, afin que vous aussi, vous puissiez en prendre plein la vue.

Où loger ?

Depuis San Francisco, comptez un peu plus de 3h de route pour rejoindre la région du parc. C’est à peu près le temps que l’on a mis en septembre dernier lorsque, au volant de notre Nissan Rogue (le Nissan Qashqai américain) fraîchement loué, nous avons attaqué les magnifiques routes de l’Ouest américain. Le road trip était vraiment lancé cette fois-ci.

Lorsque l’on veut visiter Yosemite sur plusieurs jours, deux choix s’offrent à nous. Dormir à l’intérieur du parc, ou bien à proximité. Élémentaire me direz-vous ?

Dans le premier cas, à nouveau deux options : le camping ou l’hôtellerie.
La première est évidemment la plus économique il va sans dire. Nous ne l’avons pas expérimenté, mais sachez que durant la haute saison, les places sont chères et pour ceux qui n’ont pas réservé à l’avance, la loi en vigueur est celle du premier arrivé, premier servi. Si vous êtes dans ce cas précis, il faudra donc vous présenter aux aurores pour pouvoir espérer avoir une place.

Pour la deuxième alternative, financièrement c’est une autre histoire. Ici, les tarifs sont clairement abusifs. On a vu des nuits à plus de 200 $. Du fait de la position idyllique des deux seuls vrais hôtels de la vallée, il faudra impérativement réserver votre séjour en amont durant la saison estivale et ne pas trop compter y faire des économies.
Lors de l’organisation de notre voyage, on a pu lire à gauche et à droite que Yosemite est bien souvent, le « trou » financier des road trips pour pas mal de voyageurs.

Yosemite Westgate Lodge

Pour notre part, nous avons opté pour le logement à l’extérieur. Encore une fois, il existe plusieurs possibilités. Vous pourrez, soit loger du côté de Mariposa, soit du côté de Groveland. Ce sont deux villages situés à environ 1h de route de la vallée. Ça parait loin dit comme ça, mais la route est tellement belle, que si vous ne faites pas un séjour très long dans le parc, cela vaut largement la peine de s’y intéresser, car le trajet passe assez vite.

Lors de notre séjour, nous avons passé deux nuits au Yosemite Westgate Lodge (4/5 sur Tripadvisor) à Groveland. Franchement, c’est un super souvenir. L’accueil était très sympathique (Une bonne surprise quand on vient de la ville), la chambre était confortable et suffisamment équipée. On notera l’absence de WI-FI dans celle-ci cependant. Après, comme la charmante hôtesse nous l’a expliqué, on est à la montagne donc il ne faut pas trop compter sur les réseaux mobiles. Pour les plus mordus, sachez tout de même que deux ordinateurs sont disponibles à l’accueil où vous pourrez utiliser gratuitement internet.

Enfin le bonus, et pas des moindres après une dure journée, l’hôtel est équipé d’une piscine et d’un spa extérieur !

Côté commodité, il y a à une quinzaine de minutes de l’établissement en voiture, un petit supermarché pour faire des courses, de quoi mettre de l’essence (car dans le parc c’est plus cher) et un restaurant plutôt typique des US où nous avons bien mangé: le Ellie’s Cafe And Pizzeria (4/5 sur Tripadvisor).

Une journée à Yosemite

Etant arrivés en fin d’après-midi à l’hôtel, nous avions décidé de faire le plein de nourriture et d’énergie pour le lendemain, ayant une grosse journée en perspective.

C’est donc tôt le lendemain que nous nous sommes mis en route, tout excités à l’idée d’enfin pouvoir poser les yeux sur ces merveilles que sont entre autres El Capitan et le Half Dome.
Si la route est bel et bien une route de montagne, sachez que celle-ci n’a rien à voir avec celles que l’on peut trouver dans nos Alpes locales. Ici, pas de mal des transports, les courbes sont larges, la vitesse modérée et les panoramas qui se succèdent à couper le souffle, pas le temps pour les petites nausées donc :).

Formalités d’entrée

Arrivés à l’entrée du parc, nous avons déboursé la somme de 80$ (taxes comprises) pour le pass « America the Beautiful » qui donne accès à une voiture de quatre personnes à tous les parcs nationaux américains gérés par le National Park Service. Si vous prévoyez la visite d’au moins trois parcs, cela devient rentable de le prendre, le prix moyen d’un pass pour un parc étant environ 30$.

L’entrée passée, nous nous dirigeons vers le centre de la vallée où se situe le visitor center. Étape recommandée pour quérir les dernières informations du parc concernant les randonnées éventuellement closes ou tout simplement, pour demander son chemin si on ne connaît pas les lieux comme sa poche. Ce qui fut notre cas.

Yosemite National Park

À l’assaut du Four Mile Trail

Une fois renseignés, c’est vers le Four Mile Trail que nous avons décidé de nous diriger. Contrairement à ce que son nom indique, c’est une randonnée de 4.8 miles et non 4 (soit 7.7km), pour un « petit » kilomètre de dénivelé positif. Pas une randonnée difficile donc, mais loin d’être facile !

Yosemite National Park

À la base, nous avions prévu de prendre la navette pour nous rendre à Glacier point, puis de redescendre dans la vallée via le Panorama Trail, probablement une des plus belles randonnées des lieux. Cependant, comme pour tout ce qui est sujet à réservation ici, il faut s’y prendre bien en avance. Ce qui nous a fait défaut.

Pour rejoindre le fameux Glacier Point, il ne nous restait donc plus que la voiture ou le Four Mile Trail. Nous avons alors étudié le fait de faire la boucle Four Mile Trail + Panorama Trail, pour un total de 21km. Mais la raison nous a rattrapé, nous n’étions pas assez préparés pour ça.

Nous nous sommes donc contentés de la première partie en aller-retour, ce qui fut déjà éprouvant pour la moitié d’entre nous (Je salue tout de même la performance et le courage qui ont été au rendez-vous ! #FierDeLolo).

Départ du Four Mile Trail
Vue sur la vallée
Vue sur le half dome
Passage de randonnée

On vous passe le détail de la montée, mais pour résumer sachez que c’est une super randonnée. Ce n’est pas la plus impressionnante, mais elle vaut largement le détour. On n’y voit pas de cascades, mais sachez qu’en automne, la plupart d’entre elles sont asséchées partout ailleurs. On y a une vue sur l’Est de la vallée qui est plus que sympa. La voir se dessiner au fil de la montée est et restera un très bon souvenir pour nous.

Glacier point

Une fois en haut, la récompense ! Glacier point, ou l’une des plus belles vues de Yosemite. On peine à trouver les mots pour décrire ce que l’on ressent lorsque l’on est devant une telle merveille. On est saisi par l’immensité de ce que l’on a devant nous, nos yeux n’étant clairement pas assez grands pour pouvoir tout absorber d’un coup. On a presque envie de laisser échapper une petite larme tellement s’en est saisissant.

Vue de Glacier Point

À notre avis, pour vraiment savourer cet instant, il faut en avoir un peu baver avant, l’ascension à pied nous semble donc être un pré requis. Si nous l’avions atteint en bus, ça n’aurait clairement pas eu la même saveur…

Vers 16h, la luminosité commençant à décroître et n’étant pas équipés pour la marche nocturne, nous avons rebroussé chemin et entamé la descente. Ce fut nettement plus rapide et aisé que la montée ^^. Nous sommes arrivés en bas sur les coups des 18h, et avons pu savourer un bain de pieds bien mérité dans la rivière Merced.

Si la randonnée n’a pas été très facile, on en garde un excellent souvenir et on ne peut que vous la conseiller. Aujourd’hui, il n’en reste que du bonheur et des fessiers musclés !

Tunnel View & Valley View : Deux immanquables

Le lendemain, nous devions reprendre la route vers l’Est en direction de la petite ville de Mammoth Lakes, une célèbre station de ski et notre prochaine étape. Ayant la journée pour la rallier, nous avons fait une dernière halte par le parc pour profiter des points de vues incontournables que nous n’avions pas pu faire la veille.

Au programme, Tunnel View et Valley View, deux parmi les plus célèbres.
La première est simple d’accès, il suffit d’entrer son nom dans votre GPS et normalement, il vous y amènera directement. C’est un point situé juste avant le tunnel menant à Glacier Point. Il y a même un parking pour s’y garer.

Tunnel View

La seconde est un peu moins fréquentée que la première, pour cause, elle est un peu plus dure à trouver. Pour cela, lorsque vous quittez le parc sur Northside Dr, vous trouverez une zone pour vous arrêter sur la gauche juste à la fin de la portion à sens unique (Coordonnées GPS : 37.717337, -119.662084).

Valley View
Valley View
Valley View

Ne manquez surtout pas ces deux points de vue, au-delà des photos immanquables que vous y ferez, vous allez surtout pouvoir vous exploser la rétine comme il se doit. Juste sensationnel !

Saisissante Tioga road

L’heure du véritable départ sonnant, nous avons quitté la vallée pour emprunter la Tioga Road, la route permettant de traverser la Sierra Nevada d’Est en Ouest. Au-delà du gain de temps certain lors d’un road trip dans l’ouest américain, elle est à ne surtout pas manquer notamment à cause des paysages de cartes postales que vous y verrez. La route devient une véritable étape du voyage à elle seule.

Wildlife crossing
Tioga road
Notre bolide

La portion qui relie la vallée de Yosemite à Lee Vinning fait environ une centaine de kilomètres et monte à plus de 3000 mètres d’altitude. Ça peut paraître long pour une route de montagne, mais vous avalerez facilement les miles qui la constituent. De nombreux points d’intérêt font que l’on s’arrête régulièrement. De 2h de route, on y passe facilement une petite demi-journée.

Parmi les plus notables vous verrez Tuolumne Grove, le lac Tenaya, Olmsted Point ou encore les Tuolumne Meadows.

Lac de montagne
Olmsted Point
Lac Tenaya
Tuolumne Meadows

Au départ, nous appréhendions un peu la traversée, peu familiers des routes de montagne françaises avec leurs lacets et virages serrés. Au final, nous ne regrettons pas du tout d’avoir emprunté la Tioga Road. Elle est sublime d’un bout à l’autre et très agréable à la conduite.

Notez toutefois quelques points importants avant de planifier la traversée. Dans nos souvenirs, il est difficile de faire le plein d’essence sur la route, les stations étant rares ou même inexistantes. Prenez vos précautions avant donc. Enfin le plus important, la route n’est pas ouverte toute l’année à cause de la neige. Les dates changent tous les ans, mais en moyenne l’ouverture se fait en mai et la fermeture en novembre. Consultez donc ce site afin d’éviter une éventuelle déconvenue.

Si celle-ci devait être fermée, sachez que vous pouvez contourner la montagne par le Sud, une bonne occasion pour visiter le Séquoia National Park. Comme son nom l’indique, celui-ci abrite d’imposants spécimens de séquoias géants, notamment le deuxième plus gros arbre du monde, haut de 81m pour 12m de large !

Tuolumne Grove

Premier contact avec la faune locale

Nous allions oublier ! Comment parler des parcs nationaux américains sans parler de la faune qui y habite. On vous en reparlera probablement dans nos prochains articles, mais on commence déjà ici.

En plus des paysages, la visite des parcs est aussi l’occasion de pouvoir observer de (très) près diverses espèces animales. Si comme nous vous aimez la nature, vous allez vous faire plaisir.

À Yosemite dans un premier temps, où en plus des nombreux squirrels, sortes de petits écureuils que l’on rencontre assez fréquemment dans ces régions, on peut voir des biches et si vous avez de la chance, des ours noirs !
Ces derniers n’ont pas daigné pointer le bout de leur museau, mais nous avons tout de même pu avoir notre premier contact avec un très jeune cerf. Première rencontre inoubliable d’une longue série.

Rencontre avec la faune locale

C’est donc sur ces derniers souvenirs que notre page Yosemite se tourne. Comme d’habitude, n’hésitez pas à nous poser des questions ou à venir nous raconter votre propre aventure en commentaire.
On vous retrouvera prochainement avec la suite de notre périple et un changement de décor plutôt radical. Au revoir les montagnes et les forêts verdoyantes et place à la chaleur aride de la Vallée de la Mort !

Voyagement vôtre

Vos commentaires

Me notifier
avatar
Stephanie
Invité

C’est vraiment magnifique! Je n’y suis pas encore allé, mais c’est sur ma liste!

Pierrot
Invité

En lisant votre article, on peut en effet vraiment se demander si ce n’était pas le paradis !!
Très bon article.

Anais - Visiteuse du Monde
Invité

Superbes photos ! Quand j’y suis allée j’avais un vieil APN donc le rendu n’est pas le même… Mais les souvenirs restent.. !

My Little Pipe Dream
Invité

Waouw! Il y a tellement de paysages et de points de vue différents. C’est magnifique en photo, je n’imagine même pas en vrai! Le titre de l’article est effectivement bien choisi ;)!

wpDiscuz