Los Angeles : dernière étape mitigée dans la Cité des anges !

Salut les voyageurs,

Aujourd’hui, notre périple prend fin puisqu’on arrive dans la cité des anges : Los Angeles, d’où l’on prendra l’avion qui nous ramènera à la maison.
Nous n’y sommes restés que quelques jours, et ce que l’on peut dire c’est que notre première impression n’a pas été des plus fameuses. En effet, après une nuit à Barstow nous avions hâte de quitter la ville, on s’est donc mis en route pour LA. Sur le papier, ce n’est pas très loin puisque le GPS nous annonçait une grosse heure et demie via la I15.

Los Angeles en pratique

L’enfer des bouchons

Si rejoindre la ville a été rapide, dès nos premiers mètres dans celle-ci, un de ses côtés obscurs n’a pas tardé à se révéler : les bouchons ! L’agglomération étant très grande, il est quasiment indispensable d’avoir un véhicule pour s’y déplacer. Alors quand on sait que la ville et sa périphérie comptent pas moins de 18 millions d’habitants, on imagine vite l’enfer que ça peut être sur les routes. Il existe toutefois un réseau de métro, mais il est trop mal fichu pour pallier aux problèmes d’engorgement des autoroutes.

La guerre des stationnements

Mais ce n’est malheureusement pas tout. Notre objectif du jour était avant tout de rejoindre notre AirBnb situé dans le quartier de Hollywood. Déjà que l’on avait mis plus longtemps que prévu pour y arriver, mais une fois sur les lieux, nous avons dû faire face au deuxième fléau qui sévit à Los Angeles : la guerre des stationnements.

C’est une véritable organisation qui sévit ici. Avec le monde, il est déjà compliqué de trouver une place, mais quand vous en repérez une, il faut se lancer dans une profonde réflexion pour être certain d’avoir le droit de vous y garer. En effet, il faut bien observer les panneaux qui indiquent la période, la durée, parfois même le chiffre par lequel doit terminer votre numéro d’immatriculation, etc. Si vous pensez que c’est bon pour vous, STOP ! Regardez maintenant le trottoir. S’il est peint, alors il faut faire attention à la couleur de celui-ci. Si c’est rouge, fuyez, si c’est jaune, vous pouvez faire une halte, mais de très courte durée. Enfin, s’il n’y a rien, vous avez le droit d’y stationner. En théorie seulement, car si comme vous vous garez un peu trop près d’une bouche d’incendie par exemple, c’est la verbalisation immédiate. (Non, le trottoir n’était pas peint… Mais il aurait dû l’être ! Bilan 70$ dans le baba :/)

Du coup, pour vous aider à parquer votre voiture, il existe de nombreuses aires de stationnement (payantes évidemment). La plupart d’entre elles sont privées, nécessitent un règlement à l’entrée et n’offrent pas la possibilité de laisser son véhicule la nuit entière. Si votre hôtel n’a pas de place attitrée, vous n’imaginez pas la galère ! Heureusement, il existe les parkings des grands centres commerciaux par exemple. Ici, vous payez à l’heure, et vous pouvez laisser la voiture la nuit. Le montant total étant plafonné, cela revient à débourser une somme fixe.

Enfin pour les plus malins, n’espérez pas trop passer au travers en vous garant n’importe où sans payer. La mécanique est bien huilée et les agents contrôlent sans relâche. À Los Angeles, quand on joue, on perd la plupart du temps.

Le city hall de Los Angeles

Bienvenue chez Steve

Nous avions donc réservé un AirBnb au beau milieu du quartier de Hollywood. Nous avions arrêté notre choix grâce à sa proximité du Walk of Fame, de l’Observatoire Griffith et surtout pour sa place de parking !
Sur l’annonce, il est indiqué que l’emplacement est accessible aux petits véhicules. Et bien, c’est à prendre au pied de la lettre. En fait, c’est un passage à l’arrière du bâtiment qui sert de stationnement. Nous nous étions dit qu’une voiture américaine correspondait à un véhicule de taille moyenne chez nous. ERREUR ! Une fois devant l’entrée de la ruelle, on a très vite constaté que notre SUV pouvait rentrer, mais qu’il faudrait probablement sortir par le coffre… Ajoutez à cela, le fait qu’elle donne sur une artère surpeuplée de conducteurs surexcités qui aiment jouer du klaxon et vous obtiendrez un joli tableau qui a tout pour vous décourager.

On a quand même voulu faire une tentative, car on ne renonce jamais devant l’impossible ! On y a gagné une rayure sur la portière et rien d’autre. On a donc cherché une place « publique ». Par chance, juste à côté, se situait un grand complexe commercial avec un parking pas trop cher où l’on pouvait laisser le véhicule la nuit. Comme dans la plupart des établissements de ce genre, il y avait même un vigile qui surveillait le parking de jour comme de nuit.

Une fois garés et rassurés de ne pas nous faire enlever la voiture, nous avons donc découvert l’intérieur de notre nouvelle résidence temporaire. On a été accueilli par un gérant sympathique du nom de Chris qui nous a laissés devant la porte de notre appartement. Ce dernier était fonctionnel, propre et plein de charme. La seule ombre au tableau fut l’isolation phonique sur l’extérieur. Si vous craignez les bruits de circulation, prévoyez des bouchons, car la fenêtre donne sur une rue qui ne désemplit jamais.

Jour 1

Pour notre premier jour de visite, nous avons décidé de longer la côte du nord au sud, en partant de Malibu jusqu’à Venice.

La plage de Malibu

Première étape de notre journée, la plage de Malibu est connue pour être un repère à surfeurs. On y a vu nos premières cabanes de sauveteurs et quelques maisons luxueuses à proximité.
Si l’on devait donner un avis rapide sur Malibu, c’est que ça parait être un endroit où les gens sont plutôt aisés, mais que la plage n’est pas forcement beaucoup plus belle qu’ailleurs. Nous en avons profité pour faire un peu trempette puis nous avons continué notre route.

La plage de Malibu
La plage de Malibu
Lolo devant la plage de Malibu
Les cabanes de sauveteurs

La jetée de Santa Monica

Nous avons donc fait route vers le sud, en direction de Santa Monica. Ce que l’on peut dire c’est que les touristes y sont légion. Une fois passée l’épreuve du parking (comme à peu près partout à Los Angeles), nous avons pu nous rapprocher de ce qui fait la renommée des lieux : la jetée. Entouré d’une immense plage, le Pier de Santa Monica est un endroit plutôt familial ou l’on peut facilement se divertir. On y trouve une salle d’arcade (où l’on s’est bien amusés), de quoi manger et le plus surprenant : Une montagne russe !
On a bien aimé ce moment détente, mais finalement l’afflux de touriste a vite eu raison de nous.

Santa Monica, Colorado Ave
Santa Monica Pier
Santa Monica State Beach
Pacific Park

Le quartier de Venice

On a donc poursuivi notre descente vers le quartier de Venice, avec l’ambition de découvrir la célèbre Venice Beach. Le long du Venice Beach Boardwalk, on a longé une superbe plage de sable. Ce n’est pas pour rien que la série « Alerte à Malibu » s’en est servi de décors :).
Au bout de la promenade, on arrive dans une ambiance assez clichée des lieux. Au milieu des graffitis se trouvent un skatepark et des appareils de musculations, tous deux bordant la plage. On est bel et bien sur la cote américaine.
Mais la vraie attraction de Venice se situe un peu plus loin. Le Venice Canals Walkway : une série de canaux fondés par A. Kinney, un homme tombé amoureux de la belle ville de Venise en Italie, qui décida de les reproduire à son retour en Amérique. C’est à ces derniers que le quartier doit son nom.
Enfin, une visite des lieux ne peut s’achever sans un passage par l’Abbot Kinney Blvd. Cette artère est ornée de multiples boutiques et restaurants tous plus originaux les uns que les autres. Ça doit surement être l’endroit idéal pour se promener de nuit.
N’ayant plus que la journée du lendemain pour visiter, on a préféré passer notre tour pour cette dernière partie du quartier, mais Venice nous aura tout de même bien plus plu que nos précédentes étapes du jour.

The Venice Beach Boardwalk
Un des nombreux salon de tatouage de Venice
Lolo surveille Venice Beach
The Venice Beach Boardwalk
The Venice Beach Boardwalk

Beverly Hills

En rentrant de Venice, nous nous sommes arrêtés dans le quartier de Beverly Hills. Principalement connu pour ses résidences de stars, nous n’avons pas eu le loisir d’en faire le tour vu que la luminosité commençait à descendre franchement.
On a préféré remonter Rodéo drive à pied, cette rue rendue célèbre notamment grâce au film « Pretty Woman ». Ici, on ne trouve quasiment que des enseignes de luxe ainsi que de grosses voitures. Autant dire que l’on n’est pas coutumiers de tout cela, mais les filles devraient tout de même s’y sentir plutôt à l’aise d’un point de vue shopping 😀

Beverly Hills

The Original Farmers Market

Notre journée touchant à sa fin, nous avons fait un dernier arrêt à The Original Farmers Market, un ensemble d’échoppes proposant de la nourriture issue de tous les horizons. C’était un très bon moment. Après une journée de pérégrinations, on y déniche forcément quelque chose à son gout pour se restaurer.
De plus juste à côté se trouve The Grove, un petit centre commercial à ciel ouvert. Sa particularité est qu’il a la tête d’une rue piétonne plutôt charmante. Nous n’y avons rien acheté, mais c’était assez sympa de s’y promener après manger.

Jour 2

Hollywood Boulevard et son Walk of Fame

Le lendemain nous avons commencé la journée par un incontournable de Los Angeles : le Hollywood boulevard et son Walk of Fame. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est l’avenue où l’on peut voir des étoiles avec le nom d’une star au milieu, moulées dans le trottoir. Pour la petite info, on a été surpris de ne pas trouver quelques grands noms comme Léonardo Di Caprio. La raison est que les distinctions sont délivrées par la chambre du commerce de LA et que l’étoile est payante. On ne dit pas que Léo est radin, mais juste que ça ne fonctionne pas comme un oscar ^^. Ce n’est pas offert au plus méritant en gros, mais plus pour faire la promotion d’un film/disque qui viendrait de sortir.
Concernant le boulevard en soi, on a bien aimé le fait de le remonter en regardant les différents noms. On a aussi apprécié de pouvoir mettre les mains dans les traces de nos idoles respectives 🙂 Mais au-delà de ça, ça reste un endroit hyper touristique et pas forcement très charmant. C’est à voir, mais on n’y passe pas la journée !

The Road to Hollywood
L'étoile de Michael Jackson
L'empreinte de Clint Eastwood
Lolo dans les traces de Swartzy
Seb dans les traces de Sly
Les empreintes de Will Smith

El Pueblo et la gare Union Station

Nous sommes ensuite partis en direction d’un quartier un peu plus atypique : El Pueblo. C’est dans ce quartier aux influences hispaniques que la ville fut fondée. On y trouve quelques petits stands de maroquinerie le long de Olvera street, une ancienne chapelle où l’on peut observer parfois des baptêmes, pas mal de restaurants mexicains et la gare Union Station.

Si le quartier est petit, c’est un véritable bond dans le temps quand on y débarque. L’ambiance qui y règne tranche franchement avec le côté luxueux que l’on peut voir dans d’autres parties de la ville. On a d’ailleurs pu constater qu’il y avait pas mal de sans-abris là-bas.

Enfin, si vous avec encore soif de culture étrangère quand vous en avez fait le tour, le quartier chinois se situe juste à côté.

Union Station
La chapelle d'El Pueblo
Olvera street
Olvera street
Olvera street
Lolo à Olvera street
Union Station

L’observatoire Griffith

Pour terminer la journée, nous nous sommes dirigés vers l’observatoire Griffith, probablement une des seules choses à ne pas manquer si vous passez par Los Angeles.
De là-bas vous avez une vue à 360° sur toute la ville. De loin, on en oublie presque tout les désagréments que l’on peut y rencontrer et le panorama est de ce fait plutôt joli. De plus, le bâtiment surplombe le parc du même nom. Un endroit super sympa pour se promener ou encore jogger. Il semble que ce dernier abrite aussi un zoo. Personnellement, on ne l’a pas vue.
On a bien aimé notre passage par l’observatoire. Il aura fallu batailler un peu dans les bouchons pour l’atteindre, mais ça en valait la peine.

La vue depuis l'observatoire Griffith
L'observatoire Griffith
Lolo devant LA

Le panneau Hollywood

Véritable icône de la ville, le célèbre panneau Hollywood est observable depuis pas mal d’endroits à Los Angeles. D’ailleurs heureusement pour nous, car il faisait noir quand on est arrivé à proximité (on remerciera à nouveau les problèmes de circulation). Par chance, on avait pu le voir un peu plus tôt depuis le centre-ville et surtout depuis l’Observatoire Griffith.
Pour l’anecdote, à la base c’était un affichage publicitaire qui exposait le mot HOLLYWOODLAND. C’est en 1949 que les dernières lettres furent retirées et c’est aujourd’hui le plus grand panneau pub du monde ! (Minute culture ^^)

Le panneau Hollywood

Ce qu’on aurait voulu faire

On désirait faire un des parcs studio présents à Los Angeles, mais le temps nous a manqué. D’autant que l’on n’avait pas réservé notre place. Il en existe plusieurs, mais les principaux sont Universal Studio et le Warner Bros. Studio Tour Hollywood.
Nous nous étions renseignés et le premier est plus un parc d’attractions finalement. Nous recherchions davantage un endroit ou l’on pouvait par exemple visiter un plateau de tournage ou ce genre de chose. C’est ce que la Warner propose dans son parc, nous aurions donc probablement choisi ce dernier.

Notre avis

Les plus observateurs l’auront compris, nous n’avons pas trop aimé notre passage à Los Angeles. Au-delà du fait que les points d’intérêts de la ville ne nous aient pas transcendés, on a subi le contraste violent avec les grands parcs d’où l’on venait. En effet, après 3 semaines de sérénité sur les routes et en pleine nature. On s’est tout de suite sentis étouffés et oppressés par toute cette population et même parfois par les incivilités qu’on a pu subir (que ce soit sur la route, mais aussi dans la rue). Si vous ajoutez à cela la galère pour stationner et les kilomètres de bouchon qu’il faut se coltiner pour aller d’un point A à un point B… Los Angeles ne restera pas notre plus beau souvenir de voyage. 🙂
Finalement, on est plutôt content d’avoir finir par Los Angeles, car faire ses premiers pas sur les routes US, avec une première boite auto, au milieu de tout ce bazar, ça a de quoi affoler ^^. Et puis, ça donne un peu envie de rentrer chez soi. Imaginez-vous terminant votre séjour par Yosemite ou le Grand Canyon ?! Jamais vous ne partiriez !!

Nous à Venice Beach

Sur ce, ainsi s’achève notre longue série d’articles sur les US. On vous dressera peut-être un bilan de tout ça afin de tourner comme il faut la page. On espère que vous avez aimé voyager avec nous sur les routes américaines et que toutes les infos qu’on a pu disséminer à droite à gauche pourront vous être utiles. À bientôt !

Voyagement vôtre
Catégorie: Etats Unis, Récit, Road trip

Vos commentaires

Me notifier
avatar
Deux Évadés
Invité

J’aime votre article, cela dresse un autre portrait de cette ville mythique. Intéressant 🙂
Est ce que c’était un effet de votre retour des grands parcs ou avec le recul cette ville ne vous correspond pas ?
On a pas beaucoup d’attente de notre part pour LA, on reste 3-4 jours avant de décoller pour Hawaii. On verra bien et c’est parfois en attendant peu que l’on est comblé 🙂

Aurore
Invité

Vos photos sont belles ! Clairement Los Angeles ne m’attire pas du tout, trop de voitures, et de touristes !

Nelly - Travels & Me
Invité

J’ai visité beaucoup de villes aux Etats-Unis mais Los Angeles ne m’attire pas des masses et j’ai aussi eu pas mal de retours négatifs (traffic horrible, ville très étalée sans vraiment de downtown, manque d’âme…).
Cela confirme mon sentiment même si je pense un jour y aller pour me faire ma propre opinion!

Gaelle
Invité
Desole je m’incruste dans les commentaires des autres mais je me sens obligee de repondre ! 😉 Oui le traffic a LA c’est quelque chose, maintenant si on evite les heures de pointe on s’en sort pas trop mal. Disons qu’il faut eviter d’aller d’ouest en est apres 16h30. Mais on peut tres bien rouler a Los Angeles si on prend les bons chemins au bon moment, c’est comme partout. Le periph Parisien est toujours bouche c’est pas pour autant que les touristes ne vont pas voir la Tour Eiffel 😉 Los Angeles a un Downtown, c’est d’ailleurs le nom… Lire la suite...
Anne
Invité

Ca a de quoi refroidir en effet, merci pour les infos, ça peut toujours servir!

Temps H
Invité

Très intéressant comme article. En effet, LA a l’air assez touristique et « froid », sans doute trop grand pour moi. Mais la chance d’un tel voyage 🙂

Romane
Invité
C’est souvent le problème quand on visite des lieux magnifiques juste avant… Je viens de partir au Mexique et nous sommes restés une nuit à Cancún pour reprendre l’avion, c’était la déception assurée… On dit aussi souvent qu’il y a ceux qui préfèrent NY, et ceux qui préfèrent LA. Je préfère sans hésiter NY ! Je suis allée en Californie avec mes parents et heureusement que je ne conduisait pas, on perdait des heures folles dans les bouchons, on payait des parkings toute la journée, et bien sûr les transports en commun ce n’est pas trop ça… Au final, j’ai… Lire la suite...
Gaelle
Invité
Il faut savoir profiter de Los Angeles. C’est une ville qui a plein de choses a montrer, mais il ne faut pas se contenter d’un passage rapide dans les lieux les plus touristiques puisqu’ils seront bien entendus archi frequentes par les touristes (tu en es la preuve, tu etais l’un d’eux!). Apres c’est normal, tu es touriste tu as voulu voir les endroits touristiques, mais il ne faut pas juger que sur ca. La plupart des gens qui ont un avis negatif sur LA sont ceux qui sejournent a Hollywood, font le Walk of Fame et montent au Griffith en… Lire la suite...
Stephanie
Invité
Ahhhh enfin un article sur LA que j’aurai pu écrire lol ! La plupart des articles que je lis encensent LA et à chaque fois je me demande ce que j’ai raté, ce que je n’ai pas vu, pour ne pas avoir apprécié du tout la cité des anges 😀 Comme vous dites, le stationnement c’est chiant, se déplacer c’est chiant, la ville est moche (avis personnel, mais sérieux là où on était ça ne craignait pas spécialement mais c’était moche quoi), Hollywood blvd ne casse pas 3 pattes à un canard (on applaudit l’expression des années 80), le signe… Lire la suite...
wpDiscuz